Ce que j’avais prévu était clair sur le court terme. Prendre un petit appartement pour le retirer de la merde, et pour ne plus vivre dans cet immeuble étudiant.

J’avais donc fait les visites seules.. ce qui est logique. J’avais choisi un appartement assez mignon, avec les murs gris rosé. Il ressemblait assez à un T1bis qu’aurait choisi barbie pour son premier boulot. Les poutres étaient apparentes dans le salon, et la cuisine. C’était le dernier étage d’un immeuble ancien, et donc l’intérieur, de base conçu comme tel, avait été entièrement rénové. Spécialement pour moi me disais-je.

Même si Assassin Screed n’aimait pas trop, il n’avait qu’à s’en contenter, de toute façon il ne pouvait pas faire autrement. Et il m’était impossible de choisir un autre appartement.

Pour pouvoir payer cet appart, j’avais pris un job à Dominos Pizza après les cours, la bourse ne me suffisait plus. Il me restait deux mois avant mes examens, mais je n’avais pas le choix. J’avais également refait le CV et la lettre de motivation du type,tout en sachant qu’avec la tête qu’il a, et sa fainéantise ce ne serait pas facile de trouver un boulot.

J’ai donc tout porté à bout de bras.

Quand je rentrais du boulot, je le voyais jouer à ses jeux sur l’ordinateur. Je révisais avant d’aller travailler, il était toujours sur l’ordinateur. Quand je revenais à 23h, il était toujours sur l’ordinateur, mais affamé cette fois là. Je lui faisait à manger, et nettoyais la maison avant d’aller dormir à 1h du matin. Une vraie Cendrillon. Et je me relevais à 7h pour aller à l’école.

Pendant deux mois, c’était le même scénario.

Au bout du compte, j’ai réussi mon examen. J’étais officiellement Webdesigner. J’étais prête à tout claquer et partir loin pour échapper à toutes ses corvées qui m’amoindrissaient jours après jours. Je payais toutes les factures, nourrissais le bouffon ( il ne mangeait que ma nourriture ou du Kebab) , nettoyais la maison, et allais travailler.

Quand pendant mes jours de repos, je faisais enfin une grâce matinée, il me réveillait en me demandant comment j’osais dormir aussi longtemps.

Pardon?

C’est à ce moment là que mon cerveau a disjoncté. Je voulais le passer par la fenêtre. Voir son cerveau s’écraser en mille morceaux au sol. À quel moment j’avais pris la décision de m’enfermer dans un piège ?

Il n’avait aucune intention de trouver un boulot, et passer la journée à jouer était sa vie. Plier et repasser ses vêtements, c’était ça ma vie ? J’étais devenue les princesses sans paroles des contes d’Anderson ?

Le soir, après être rentrée à la maison, j’ai donc écrit ma lettre de démission. Plus de dominos Pizza. Je retournais chez ma mère en Haute-Savoie, et il se débrouillerait ici tout seul. Comme un grand.

Son seul salaire était un dixième du smic que pôle emploi lui versait, et il l’utilisait pour acheter de la drogue ou de la boisson.

Le jour du départ arriva. 5h du matin, mes valises dans le coffre du covoiturage. 9h de route m’attendait, et un destin moins bien pathétique.

J’ai passé les trois mois suivants à me demander comment j’avais pu tomber aussi bas. Mais attendez, ce n’est toujours pas fini !

1 Comment

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s